Nouveau support d’épreuvage avec azurants optiques chez GMG

Depuis quelques années, l’utilisation d’azurants optiques dans les papiers de production s’est très largement généralisée dans l’imprimerie. Ces composés chimiques dont l’objectif est de renforcer la blancheur du papier, renforcent également la sensibilité des impressions au métamérisme (*).

Jusqu’alors il n’y avait pas de solution efficace permettant de caractériser et de simuler des impressions réalisées sur des papiers contenant des azurants optiques. Les nouveaux outils de mesure de la couleur permettant désormais de caractériser ces papiers (voir notre article : Qu’est ce que le « M Factor » ?), de nouvelles normes d’épreuvage vont être prochainement publiées (Fogra 51/52). GMG a été étroitement impliqué à la définition de ces nouvelles normes, afin de trouver la meilleure solution à cette problématique de simulation, c’est donc tout naturellement que cet éditeur, leader mondial dans le domaine de l’épreuvage, a décidé de commercialiser une nouvelle gamme de papier d’épreuvage contenant des azurants optiques.

Ce nouveau support GMG proofPaper semiMatte 250 OBA (Optical Brightener Agent), permettra de simuler la “blancheur” des papiers de production, en simulant le rendu visuel des impressions en fonction des conditions d’éclairage sous lesquelles elles sont visionnées. De plus, ce support est très proche en terme de gamut avec le support phare de la gamme, le GMG proofPaper semiMatte 250.

gmgoba

Points forts :

  • Simulation des papiers de production actuels
  • Stabilité colorimétrique de l’épreuve quel que soit les conditions d’éclairage
  • Compatible avec les futures nouvelles normes colorimétriques (Fogra 51/52)
  • Durabilité des épreuves augmentée
  • Gamut équivalent au GMG proofPaper semiMatte sans azurants optiques.
  • Supporté dans la version 5.6 de Colorproof
  • Plus d’informations …

(*) métamérisme : différence de perception des couleurs en fonction des conditions d’éclairage

“Deux couleurs métamères ou homochromes sont deux lumières visibles dont le spectre physique est différent, mais que la vision humaine ne différencie pas … Deux surfaces qui peuvent sembler identiques sous un éclairage, parce que leurs différences sont plus faibles que le seuil de perception des différences de couleur, peuvent paraître de couleur différente avec un éclairage d’une autre répartition spectrale.” (source Wikipédia)

gmg-bandeau

Laisser un commentaire